Archives par mot-clé : Yves d’Amécourt

Elections départementales : l’heure du changement ! #GirondePositive

En Gironde, les lignes bougent. Les élections municipales ont été la première pierre du changement. En 2015, deux échéances permettront de confirmer ce nouveau souffle : les élections départementales en mars et les élections régionales en décembre.

Partout en France, les électeurs voteront pour leurs conseillers départementaux les 22 et 29 mars. Plusieurs nouveautés à cette occasion. Feu le Conseil Général, remplacé par le Conseil Départemental. Nous voterons maintenant pour un binôme, dans des cantons qui pour la plupart ont vu leurs frontières évoluer. Et enfin nous renouvelons tous les cantons en une seule fois. La majorité départementale peut donc changer, après 36 ans de règne de Philippe MADRELLE, enfin !

Sur la 6e circonscription de la Gironde…

… la principale modification de la carte électorale réside dans le rattachement du Haillan au canton de Mérignac 1 dont les délimitations ont modifié l’ancienne organisation.

J’apporte évidemment mon plein soutien aux candidats de nos trois cantons qui, pour la première fois, ont tous une chance de gagner. Les différentes familles politiques qui se sont regroupées sous la bannière de Gironde Positive ont eu la sagesse de privilégier la qualité des femmes et des hommes aux choix d’étiquettes.

Tous mes encouragements à Christine PEYRÉ et Jean-Marc MEYRE, pour le canton de Mérignac 1, ainsi qu’à leurs remplaçants Catherine TARMO et Bruno MARNE

Clin d’œil amical à mes amis Rémi COCUELLE, et son remplaçant Christophe VASQUEZ, qui feront équipe avec Denise FUMAT et  sa remplaçante Patricia MALLARD, dans le canton de Mérignac 2.

Et évidemment tout mon soutien à Agnès VERSEPUY, nouvelle Maire du Taillan Médoc et Jacques MANGON, Maire de Saint Médard, ainsi qu’à leurs remplaçants Catherine THIBAUDEAU (ma camarade de meeting) et Samuel HERCEK, pour le canton de Saint Médard en Jalles.

Plus que jamais, unis derrière notre candidat à la Présidence du Conseil Départemental, Yves d’AMECOURT, nous avons une chance historique de bouger les lignes et de donner un nouveau souffle à la Gironde !

Les 22 et 29 mars 2015, votez pour les candidats Gironde Positive.

canton-merignac1
Christine PEYRÉ, Jean-Marc MEYRE, Catherine TARMO et Bruno MARNE pour le canton de Mérignac 1
canton-merignac2
Rémi COCUELLE, Denise FUMAT, Christophe VASQUEZ et Patricia MALLARD pour le canton de Mérignac 2
canton-smj
Agnès VERSEPUY, Jacques MANGON, Catherine THIBAUDEAU et Samuel HERCEK pour le canton de Saint Médard en Jalles

Elections cantonales 2011 : premier bilan

J+4 après le mini 21 avril de ces élections cantonales. J’en garde un goût amer. Ce scrutin est marqué par une forte abstention, comme on pouvait s’y attendre, mais aussi par les scores importants réalisés par le Front National.

– l’abstention dénote un vrai malaise de notre société. Le décalage entre citoyens et élus est de plus en plus important.

D’un côté les électeurs doivent se rendre compte que leur destin est entre leurs mains. Soit en allant voter parce que rester chez soi n’apporte rien, soit en s’impliquant, en militant et à leur tour en devenant candidat. La politique ne doit pas rester la propriété de quelques élites.

De l’autre côté, les femmes et les hommes politiques doivent relever le niveau ! On nous inflige des débats ras les pâquerettes à longueur de temps dans les médias. Ce n’est pas la seule faute des journalistes. Les élus se complaisent dans les batailles de caniveaux. Cela fini par dégoûter les spectateurs, et surtout ça ne fait pas avancer les vrais débats ! Stop aux débats sur l’islamisation et l’identité nationale ! Vive les débats sur l’emploi, la solidarité inter-générationnelle ou la santé ! Parlons concret. Sinon les jeunes notamment n’y croient plus. Quand des jeunes de 18 ans ne trouvent plus d’emplois, ce sont les autres de 15 ans qui se demandent à quoi bon aller à l’école. Aidons notre jeunesse à y croire de nouveau.

Beaucoup d’électeurs s’intéressent plus à l’image des candidats qu’à ce qu’ils disent vraiment sur le fond. Qui de l’œuf ou de la poule a été le premier ? Les candidats préférant une campagne d’image ou les électeurs n’ayant pas l’envie de s’intéresser à des sujets ennuyeux et pourtant essentiels ?

– la position des démocrates doit être claire face au Front National. Les « consignes de votes » me paraissent aujourd’hui un concept totalement désuet. Les voix de 1er tour n’appartiennent pas aux candidats sur qui elles se sont portées. Pourtant, les candidats doivent par transparence, afficher leurs intentions dans l’isoloir pour le 2nd tour.

En Gironde, nous devons tout d’abord penser à soutenir les candidats de l’opposition à la majorité de Philippe Madrelle. Les candidats « Gironde dynamique et solidaire » sont encore nombreux à être en lice. Leur élection donnerait une grande bouffée d’oxygène démocratique à notre département. Je leur apporte tout mon soutien. Parmi eux : Anne-Marie Cazalet, Yves d’Amécourt, Alain Moga et Aurélien Sebton.

Dans les cas où le Front National est au 2nd tour, ma position est claire et celle du MoDem en Gironde l’est aussi. Celle de François Bayrou l’est tout autant. Pas une voix d’un démocrate ne doit aller à ce parti ou à l’un de ses candidats. La « préférence nationale » n’est pas mon modèle de société. Le repli sur elle même de la France ne fera qu’accentuer nos problèmes quotidiens. Disons le haut et fort.

Tous les partis politiques et les élus doivent se remettre en question à la suite de ces résultats. Y compris les centristes. La montée des extrêmes n’est pas un phénomène anodin. Hélas, ce n’est pas le chemin de la remise en question que nous suivons depuis dimanche soir. PS et UMP ne pensent qu’à continuer de se chamailler et ainsi renforcent les causes du vote FN. L’UMP ne peut pas dire que tout est la faute de la gauche qui s’oppose systématiquement alors que leur fond de commerce permanent est l’immigration. Le PS ne peut rejeter la faute que sur le gouvernement car rappelons qu’ils co-dirigent la France en étant à la tête de la plupart des grandes collectivités locales. Les collectivités sont à ce jour le premier investisseur public… que font-ils eux aussi ?

Je comprends les électeurs qui veulent contester le système. Expliquons leur pour quoi le FN ne répondra pas à leurs attentes et qui sont les vraies alternatives plutôt que de les prendre pour des moutons.