Archives par mot-clé : Jean Lassalle

Jean Lassalle en piste pour conquérir la nouvelle Aquitaine

La presse en parle, ce samedi à Bordeaux, Alain Juppé avait réuni autour de lui, de Jean-Pierre Raffarin et de François Bayrou, les onze parlementaires de la nouvelle Région Aquitaine – Poitou-Charentes – Limousin, ainsi que les Maires des principales villes et les Conseillers régionaux de la future grande Région pour préparer les échéances du mois de décembre.

A cette occasion, le principe d’une liste d’union, rassemblant les partis de la droite et du centre, a été acté pour les élections régionales de décembre 2015, comme le confirme Alain Juppé sur son blog :

« Tous, sont tombés d’accord pour souligner la nécessité d’un large rassemblement de la droite et du centre dès le premier tour des élections régionales. Ils ont exprimé leur détermination à conquérir la grande Région en proposant une vision dynamique et solidaire de ses territoires. Ils ont convenu de se réunir à nouveau après les élections départementales à Poitiers puis à Limoges. »

Grâce à cet acte fondateur, très en amont, nous entrevoyons la possibilité de construire un nouvel avenir pour nos territoires, avec une autre vision de l’aménagement du territoire. Enfin l’Aquitaine a une chance de changer de majorité dans la continuité logique des élections municipales et, espérons le, des élections départementales.

jean lassalleA cette occasion, l’un d’entre eux a fait connaitre sa « disponibilité » pour mener la liste face au sortant Alain Rousset. Il s’agit de Jean Lassalle. A titre personnel, je ne peux que me réjouir de cette candidature à la candidature tant j’ai pu apprécier sa capacité à rassembler en 2010. C’était, j’en suis certain, le meilleur candidat pour l’Aquitaine, il l’est encore plus pour cette grande Région qui fusionne avec Poitou-Charentes et le Limousin.

Vous trouverez ci-dessous la liste des participants :

Région Aquitaine

Marie-Hélène des Esgaulx (Sénateur –Maire de Gujan-Mestras), Gérard César (Sénateur -Maire de Rozan), Henri Tandonnet (Sénateur), Jean Lassalle (député), Jean-Louis Costes (député), François Bayrou (maire de Pau), Franck Raynal (maire de Pessac), Alain Cazabonne (maire de Talence), Michel Labardin (maire de Gradignan), Nicolas Florian (Conseiller régional), Joan Taris (Conseiller régional), Jérôme Peyrat (maire de la Roque Gageac), Abid Bendeddoul 1eradjoint de Bergerac (représentant du maire de Bergerac), Jean Dionis du Séjour (maire d’Agen), Daniel Benquet (maire de Marmande), Michel Diefenbacher (Conseiller régional), René Etchegaray (maire de Bayonne), Max Brisson, Arnaud Tauzin (maire de Saint Sever)

Région Limousin

Claude Nougein (sénateur), Daniel Chasseing (sénateur), Emile Lombertie (maire de Limoges), Raymond Archer (Conseiller régional)

Région Poitou-Charentes

Jean-Pierre Raffarin (sénateur), Philippe Mouiller (sénateur), Corinne Imbert (sénateur), Jean-Marc Gabouty (sénateur), Xavier Bonnefond (maire d’Angoulême), Henri de Richemond (Conseiller régional), Jean-Philippe Machon (maire de Saintes), Daniel Laurent (maire de Pons), Jérôme Baloge (maire de Niort), Xavier d’Argenton (maire de Parthenay), Bruno Belin (VP du Conseil Général), Véronique Abelin (Conseiller régional), Olivier Chartier (Conseiller régional).

Sud-Ouest : Un front pour Cofinoga

Publié dans le Journal Sud-Ouest le samedi 28 janvier 2012
Par DOMINIQUE MANENC

Un front pour Cofinoga

L’intersyndicale a accueilli Jean Lassalle sur le site mérignacais, tandis que la CGT était reçue à la CUB.

 Une semaine, jour pour jour, après l’annonce de la suppression de 433 postes, dont 397 sur le site mérignacais de Laser- Cofinoga, l’intersyndicale CFDT/CFTC/SNB/CFE/CGC, rejointe par l’UNSA, attendait hier matin, de pied ferme, le député Jean Lassalle, membre du comité stratégique de François Bayrou. Sous la bannière « Les déshérités de la galaxie BNP-Paribas », ne manquait que la CGT, qui faisait bande à part en envoyant à la même heure une délégation à la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB).

À Mérignac, les piliers locaux du Modem, Alain Cazabonne, Martine Moga, Joan Taris, Marie-Françoise Lire, Dominique Monnier, Pierre Braun, Jacques Mangon, entouraient le parlementaire venu soutenir les salariés qui contestent le bien fondé ce plan de sauvegarde de l’emploi : « Alors que l’entreprise continue de faire des bénéfices et est en train de monter des mécanismes comptables pour justifier ce PSE », tonne le porte-parole de l’intersyndicale Lionel Azoughali. Jean Lassalle pointe du doigt BNP Paribas, actionnaire à parts égales avec les Galeries Lafayette du groupe Laser Cofinoga : « Je vais proposer qu’une commission d’enquête parlementaire se penche sur l’activité de la banque qui enregistre 6 milliards de bénéfices et licencie plus de 400 personnes ! Scandaleux, surtout pendant une campagne électorale ! ».

Avec l’aide d’expertsJustement, le député des Pyrénées-Atlantiques suggère un front commun : « Il faut faire l’union sacrée avec Alain Juppé, maire de Bordeaux et Alain Rousset, président de la Région. Il ne s’agit plus d’une démarche politicienne mais d’une démarche de salubrité publique. En se débarrassant de ceux qui ont mis les Français dans l’embarras avec des crédits revolving, BNP Paribas coupe dans le vif pour se racheter une image. Une opération mains propres dégueulasse ».

Lundi, les élus du comité central d’entreprise se retrouveront à Paris pour connaître la nature du PSE et donc les propositions faites aux salariés : « Ce sera la première réunion des négociations qui vont durer des mois. Des experts vont nous épauler pour optimiser les conditions. Quand il y aura eu accord entre la direction et les syndicats, le PSE sera mis en œuvre », précise Lionel Azoughali. « Avec plusieurs cas de figure : départs volontaires, reclassements, aide à la création d’entreprise, congés formation. Et au bout de dix-huit mois, en dernier recours, les licenciements ». À ce jour, 120 propositions de reclassements sont dans l’air : 40 dans la filiale bordelaise Cetelem de BNP, 50 dans les magasins des Galeries Lafayette du pays, 10 dans la filiale anglaise de Cofinoga, 10 dans le groupe Laser et 10 dans la filiale Sygma.

À l’autre bout de la ville, une délégation de la CGT était donc reçue à la CUB par Bruno Fareniaux, le directeur de cabinet du président PS Vincent Feltesse. La délégation comptait 16 personnes, des élus CGT de Cofinoga, mais aussi des membres de l’union CGT de Mérignac et de l’Union départementale, ainsi que des salariés. La CUB a expliqué que, dans le cas de Cofinoga, elle adopte une démarche identique à ce qui avait été développé lors des déboires de Sogerma et surtout de Ford. À savoir une union des forces politiques locales, au-delà des clivages politiques. De fait, dans l’après-midi, les leaders politiques locaux (Michel Sainte-Marie pour Mérignac, Vincent Feltesse pour la CUB, Alain Juppé pour Bordeaux, Philippe Madrelle pour le Département et Alain Rousset pour la Région), ont publié un communiqué commun faisant part de leur « entière mobilisation auprès des salariés » et appelant à « une véritable politique de sauvegarde de l’emploi, à une implication totale des actionnaires dans le maintien et le développement des sites aquitains du groupe Laser ». Ils ont également fait par d’un courrier commun adressé au ministre de l’Économie et des finances, François Baroin, et au président de BNP Paribas.

« Dans le dossier de Ford, à chaque fois que l’union a prévalu, nous avons avancé. Et quand il y a eu des moments où l’union s’est affaiblie, nous n’avancions plus », se souvient Bruno Faréniaux. Ce dernier a par ailleurs conseillé à la délégation CGT de rejoindre l’intersyndicale, car « eux aussi doivent parler d’une seule voix ».

Lettre ouverte de Jean Lassalle aux abstentionnistes

Lettre ouverte de Jean Lassalle, candidat FORCES AQUITAINE, aux aquitains abstentionnistes au 1er tour

Madame, Monsieur,

Dimanche dernier vous avez décidé comme des millions de Français de ne pas vous rendre aux urnes pour le premier tour de ces élections régionales. Ce choix, je le respecte car je sais combien les politiques ont pu vous décevoir par leur distance, leur incompréhension, leur impuissance.

Je comprends ces sentiments et je veux me battre de toutes mes forces pour que notre Région mérite à nouveau votre voix en répondant d’abord à vos attentes quotidiennes.

Forces Aquitaine, la liste que j’ai l’honneur de conduire, a créé la surprise de ce premier tour en se qualifiant pour la deuxième manche de cette compétition alors que tout semblait jouer d’avance entre les deux blocs de la gauche et de la majorité présidentielle. Nous y sommes parvenus, je crois, grâce à une campagne de proximité, à une équipe compétente, présente sur tous les territoires de la Région et porteuse d’une vraie ambition pour l’Aquitaine.

Aujourd’hui c’est une nouvelle élection qui commence et vous pouvez déjouer dimanche prochain tous les pronostics régionaux comme nationaux qui voudraient faire de ce deuxième tour une simple formalité administrative.

Par votre mobilisation citoyenne, j’ai la conviction profonde que le changement est encore possible. Nous allons redonner ensemble de l’oxygène à l’Aquitaine, la libérer des clans, des partis, des postures politiciennes, de la technocratie qui étouffent nos forces vives. Nous allons rendre l’Aquitaine aux citoyens car nous sommes des hommes et des femmes libres engagés au service du peuple.

Notre projet n’est pas dans le clivage idéologique des appareils politiques nationaux mais dans l’ancrage pragmatique des attentes régionales.

Notre équipe n’est pas le résultat d’une cuisine électorale malodorante entre des gens qui ne sont d’accord sur rien et se déchirent pour quelques places. Nous, nous sommes unis autour de valeurs communes : le courage, l’indépendance, l’humanisme.

J’en appelle ainsi, solennellement, à votre vote citoyen, à votre vote de citoyen, pour faire entendre, dimanche prochain, la voix de la majorité silencieuse à qui enfin nous donnerons un visage. Ce visage sera celui d’une Aquitaine généreuse, audacieuse et solidaire !

Votez différent, votez « Forces Aquitaine » !

Jean Lassalle