Archives par mot-clé : Election présidentielle

Continuons avec Alain Juppé pour rassembler la France

CAP AJAlain Juppé « continue le combat », et nous aussi ! A ses côtés pour relever la France, la rassembler, appliquer un programme sérieux et réaliste qui améliorera la vie quotidienne des générations futures. Ne nous trompons pas, les électeurs se sont mobilisés de manière massive pour manifester leur volonté de changement après les dix dernières années de vie politique. Alain Juppé est le seul Homme d’Etat qui incarne la rupture avec cette période.

A Saint-Médard, le soutien à Alain Juppé a été particulièrement important en le plaçant à la première place, comme sur la 6e circonscription. Dimanche prochain, amplifions ces résultats pour contribuer à sa victoire !

Les résultats du 1er tour de la primaire de la droite et du centre à Saint-Médard-en-Jalles :

Inscrits : 22217
Votants : 3387
Exprimés : 3380
Nicolas Sarkozy : 449 voix (13,28%)
François Fillon : 789 voix (23,34%)
Nathalie Kosciusko-Morizet : 63 voix (1,86%)
Alain Juppé : 2009 voix (59,44%)
Jean-François Copé : 3 voix (0,09%)
Bruno Le Maire : 40 voix (1,18%)
Jean-Frédéric Poisson : 27 voix (0,80%)

CAP AJ : lancement du comité de soutien à Alain Juppé à Saint-Médard-en-Jalles

Mardi 20 septembre 2016 avait lieu le lancement officiel de CAP AJ à Saint-Médard-en-Jalles : comité de soutien à Alain Juppé en vue des primaires de la droite et du centre du 20 et 27 novembre prochains.

Réunion du comité de soutien Cap AJ
Pierre Braun, Adjoint au Maire de Saint-Médard-en-Jalles introduit la réunion

J’ai eu le plaisir d’introduire cette réunion en rappelant l’enjeu de notre mobilisation : apporter le plus grand nombre de voix à notre candidat lors des élections primaires. La seule condition pour qu’il soit présent à l’élection présidentielle comme candidat d’union de la droite et du centre. La seule chance d’éviter une potentielle élection du candidat socialiste ou de la candidate du Front National.

Alain Juppé est un homme d’Etat qui a annoncé qu’il ne ferait qu’un seul mandat. Les décisions qu’il aura à prendre ne seront pas faciles, il le sait et veut donc les annoncer dès la campagne pour les légitimer par le peuple.

En France, Alain Juppé a réussi à rassembler au delà de son parti et des clivages politiques. Nous travaillons unis autour de lui pour son élection, comme nous travaillons déjà unis à Saint-Médard-en-Jalles autour du Maire, Jacques Mangon. Et demain pour la réussite de son mandat de Président de la République.

Réunion du comité de soutien Cap AJ
Jacques Mangon, Maire de Saint-Médard, intervient pour apporter son soutien à Alain Juppé

Se sont ensuite succédés à la tribune, Jacques Mangon, Maire de Saint-Médard, et Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin, qui ont apporté leur soutien à Alain Juppé. Nos deux Maires le côtoient en tant que Président de la Métropole. Ils ont pu témoigner de son sens de l’intérêt général et de sa vision de l’avenir.

Enfin, avec Catherine Thibaudeau, Adjointe au Maire de Saint-Médard et co-animatrice avec moi du comité de soutien, nous avons rappelé toutes les règles relatives aux élections primaires.

Cap 2017 : l’année pour tout changer

presidentielle_2017Désabusés. Voilà comme se sentent beaucoup de français à l’approche des prochaines échéances nationales. Un air de déjà vu qui ne passe plus. Force est de constater que les élus qui gouvernent notre pays ne sont plus à la hauteur des événements depuis des décennies.

Il n’en faut pas plus pour créer un « politiques bashing » qui devient de bon ton et facile dans une société en crise. Y’avait-il un autre chemin que les électeurs n’ont pas choisi ou les partis ont-ils confisqué la démocratie depuis trop longtemps ? Sans doute les deux.

Nos partis sont des machines d’un autre temps qu’il nous faudra réinventer. Mais ils sont adaptés à la Ve République. Nos institutions ne laisseront pas évoluer les partis politiques sans qu’elles évoluent d’abord elles-mêmes : maintien de la loi sur le non cumul des mandats, instauration d’une limite de mandats d’exécutif consécutifs, scrutin législatif proportionnel, réduction du nombre de parlementaires…

Et pourtant, les français ont eu l’occasion de prendre d’autres chemins. Que serait le pays si Raymond Barre avait été élu en 1988 ? Si le choix de la vérité et des réformes difficiles avait été fait à ce moment là. Combien de Députés élus simplement parce qu’ils ont de l’expérience (entendez trente ans de carrière politique), qu’ils sont ancrés sur le terrain (entendez déjà 2 ou 3 mandats) et qu’ils sont d’un parti vu comme pouvant gouverné (entendez l’une des deux mouvances qui nous gouverne depuis quarante ans) ?

En 2017, ne vous trompez pas. Aux élections présidentielles faites le choix de celui qui pourra faire les choix difficiles sans penser chaque jour à sa réélection. Comment éviter qu’on nous confisque ce choix ? Votez aux primaires ouvertes organisées dans quelques mois ! Le destin des français est entre leurs mains. A chacun de s’en rendre compte.

Mon choix pour le second tour : un vote blanc de conviction

Le second tour de l’élection présidentielle a lieu dimanche. En tant qu’élu local et responsable d’un mouvement politique, je me sens tenu de rendre public ce qui sera mon choix dans l’isoloir.

Pendant quatre mois, j’ai animé, avec une formidable équipe, la campagne de François BAYROU dans le département. Je me sens pleinement imprégné à ce jour des idées que nous avons défendu.

La politique en matière économique et financière me parait donc terriblement importante. Depuis 2002, François BAYROU est le seul à parler de la réduction des déficits publics, avant même la crise de la dette des États dans la zone euro. Nicolas SARKOZY a démontré sa capacité à prendre des décisions désastreuses dans ce domaine, particulièrement en début de mandat, en faisant le choix d’une fiscalité inéquitable et inefficace. François HOLLANDE, quant à lui, est à quelques jours de nous montrer qu’il est capable d’être au moins aussi mauvais s’il applique son programme : taxes gadgets, refus de la règle d’or, augmentation irresponsable du budget de fonctionnement de l’État…

La moralisation et la modernisation de la vie politique est un facteur important de mon choix. Les « affaires » ont émaillé le mandat du Président sortant qui n’en a peut-être pas fini. Je ne sais pas comment se comportera François HOLLANDE et s’il veut réellement améliorer la situation. Je lui laisse le bénéfice du doute. Mais je connais trop d’élus de son parti et leur fonctionnement. Je ne peux imaginer cautionner un système PS national comme on connait en Gironde le système Madrelle ou à Saint-Médard le système Lamaison. De vieilles dynasties autocratiques qui font du clientélisme un art. Rien de moins moral.

La décision est dure à prendre. Il y a onze ans je me suis engagé aux côtés de François BAYROU dans un parti démocrate, social et européen. Aujourd’hui je poursuis naturellement cet engagement en décidant de voter « blanc ». Ce n’est pas le choix de la facilité car il suscite des coups de chaque côté. Tant pis, c’est la place d’un bon centriste !

Je suis imperméable à la remise de prix des « bons républicains » décernés par les uns ou les autres. Pour moi voter « blanc » c’est m’engager pour la reconnaissance de ce vote, exprimer mon insatisfaction face à l’offre politique de ce second tour, admettre qu’il n’y a pas un choix pire que l’autre, refuser de donner un chèque en blanc à l’un de ces candidats et enfin réaffirmer l’autonomie du centre.

François BAYROU a fait part de son choix pour François HOLLANDE. Je ne le partage pas. Je ne peux pas apporter un soutien à un candidat en espérant qu’il ne réalise pas son programme. C’est philosophiquement impossible. On ne m’imposera pas de choisir un « moins pire » que l’autre. Ceux qui pensent que François HOLLANDE ne divisera pas les français se trompent. Il le fera différemment de Nicolas SARKOZY, c’est tout. Avec Jean-Luc MELANCHON a ses côtés, comptez sur eux pour opposer les patrons et les salariés, et stigmatiser les gens qui gagnent bien leur vie. L’ascenseur social est déjà suffisamment en panne !

Je n’ai pas de boule de cristal mais je crains que lundi une page aussi sombre que la précédente ne s’ouvre. Pour des raisons différentes. Les conséquences du gouffre du déficit public qui nous attend mettront les gens dans la rue autant que la réforme des retraites l’a fait. Je refuse que Marine le Pen soit alors le seul rempart en ayant été la seule à renvoyer les candidats de second tour dos à dos.

Dimanche, vous aussi, allez voter en votre âme et conscience. C’est un droit précieux.

Demain, l’heure du choix a sonné

Je serai demain à Paris pour le Conseil national du Mouvement Démocrate organisé par François BAYROU.
La réunion devrait débuter à 14H30 au siège du parti, rue de l’Université.

Ce sera un moment important lors duquel notre candidat de 1er tour nous donnera l’occasion d’échanger sur la stratégie à adopter pour le 2nd. Il ne parait pas y avoir beaucoup d’options tant les deux candidats qualifiés nous sont incompatibles. L’un par les valeurs qu’il a mis au cœur de sa campagne et l’autre par le programme irréaliste qu’il défend.

Pour ma part, je ne fais pas de la politique pour me satisfaire du moins pire. Je fais de la politique pour défendre des idées et les mettre en œuvre.

Si mon choix est aujourd’hui quasiment fait, je souhaite qu’il soit conforté définitivement par les paroles de François BAYROU demain, ainsi que par l’expression collective des élus et des membres du MoDem Gironde.

Après avoir dirigé la campagne de François BAYROU en Gironde pendant quatre mois, je sais que notre mouvement départemental est totalement uni et soudé autour des mêmes valeurs et des mêmes objectifs. Et nous sommes sereins, tournés vers la grande construction d’une force politique centrale qui présentera des candidats lors des échéances du mois de juin.