Archives par mot-clé : Corinne Lepage

Le départ programmé de Corinne Lepage ?

Derrière ce titre un poil provocateur (je le reconnais) se cache une vraie question en ce moment : à quoi joue Corinne Lepage ? De nombreux militants du MoDem se posent aujourd’hui cette question dans les mouvements départementaux ou sur la toile, comme le font Chantal, Mirabelle, JF le démocrate ou encore le Crapaud du Marais.

Mais cette interrogation est récente. Beaucoup sont passés de l’admiration béate au doute depuis que Corinne Lepage a laissé tomber la coordination des commissions thématiques du MoDem et depuis qu’elle incite ses troupes de CAP 21 a passer des accords avec les Verts pour le 1er tour des élections régionales.

Terre démocratePourtant, le « vert » était dans le fruit dés le départ. Ne serait-ce que parce que CAP 21, son parti, existe encore. Pour ma part, ancien adhérent de l’UDF, j’étais à la fois passionné par la création du Mouvement Démocrate et à la fois nostalgique de la seule famille politique que j’avais connu auparavant. Mais je savais qu’il y avait des sacrifices à faire. Corinne Lepage , elle, n’a pas joué le jeu dés le début en voulant conserver sa « boutique ». Alors que le mot UDF devenait tabou, le mot CAP 21 devenait une bannière en interne.

Rapidement, dans tous les départements, les militants mécontents (pour ne pas dire autre chose) sont passés à CAP 21 sous l’impulsion de Corinne Lepage. Y compris des personnes qui étaient historiquement à l’UDF. La structure a été volée, en quelques sortes, aux vrais militants écologistes, sincères, qui s’y trouvaient.

On ne sait pas ce qu’il se passe dans ce parti qui se dit pourtant membre fondateur du MoDem. A tel point que certains tentent l’aventure pour le découvrir, comme Adrien.

Au lieu d’écologiser le MoDem, Corinne Lepage n’a fait qu’essayer de développer CAP21. Sans doute la victoire d’Europe Ecologie aux Européennes lui a donné des regrets d’avoir choisi le MoDem. Aujourd’hui, elle tente de créer un sas de départ vers cette alliance Verte en créant un énième club de réflexion : Terre Démocrate. On sent bien que la terminologie est là pour faire voter l’électorat démocrate pour les listes Europe Ecologie.

Nous devons réagir en continuant de développer nos idées sur le développement durable au sein du Mouvement Démocrate. Nous ne devons le sous-traiter à personne. C’est d’ailleurs en le faisant que tout le monde se rendra compte que l’alliance avec Europe Ecologie serait un reniement idéologique pour les démocrates… mais je réserve ça pour un prochain billet…