Archives par mot-clé : Cantonales

Elections cantonales 2011 : premier bilan

J+4 après le mini 21 avril de ces élections cantonales. J’en garde un goût amer. Ce scrutin est marqué par une forte abstention, comme on pouvait s’y attendre, mais aussi par les scores importants réalisés par le Front National.

– l’abstention dénote un vrai malaise de notre société. Le décalage entre citoyens et élus est de plus en plus important.

D’un côté les électeurs doivent se rendre compte que leur destin est entre leurs mains. Soit en allant voter parce que rester chez soi n’apporte rien, soit en s’impliquant, en militant et à leur tour en devenant candidat. La politique ne doit pas rester la propriété de quelques élites.

De l’autre côté, les femmes et les hommes politiques doivent relever le niveau ! On nous inflige des débats ras les pâquerettes à longueur de temps dans les médias. Ce n’est pas la seule faute des journalistes. Les élus se complaisent dans les batailles de caniveaux. Cela fini par dégoûter les spectateurs, et surtout ça ne fait pas avancer les vrais débats ! Stop aux débats sur l’islamisation et l’identité nationale ! Vive les débats sur l’emploi, la solidarité inter-générationnelle ou la santé ! Parlons concret. Sinon les jeunes notamment n’y croient plus. Quand des jeunes de 18 ans ne trouvent plus d’emplois, ce sont les autres de 15 ans qui se demandent à quoi bon aller à l’école. Aidons notre jeunesse à y croire de nouveau.

Beaucoup d’électeurs s’intéressent plus à l’image des candidats qu’à ce qu’ils disent vraiment sur le fond. Qui de l’œuf ou de la poule a été le premier ? Les candidats préférant une campagne d’image ou les électeurs n’ayant pas l’envie de s’intéresser à des sujets ennuyeux et pourtant essentiels ?

– la position des démocrates doit être claire face au Front National. Les « consignes de votes » me paraissent aujourd’hui un concept totalement désuet. Les voix de 1er tour n’appartiennent pas aux candidats sur qui elles se sont portées. Pourtant, les candidats doivent par transparence, afficher leurs intentions dans l’isoloir pour le 2nd tour.

En Gironde, nous devons tout d’abord penser à soutenir les candidats de l’opposition à la majorité de Philippe Madrelle. Les candidats « Gironde dynamique et solidaire » sont encore nombreux à être en lice. Leur élection donnerait une grande bouffée d’oxygène démocratique à notre département. Je leur apporte tout mon soutien. Parmi eux : Anne-Marie Cazalet, Yves d’Amécourt, Alain Moga et Aurélien Sebton.

Dans les cas où le Front National est au 2nd tour, ma position est claire et celle du MoDem en Gironde l’est aussi. Celle de François Bayrou l’est tout autant. Pas une voix d’un démocrate ne doit aller à ce parti ou à l’un de ses candidats. La « préférence nationale » n’est pas mon modèle de société. Le repli sur elle même de la France ne fera qu’accentuer nos problèmes quotidiens. Disons le haut et fort.

Tous les partis politiques et les élus doivent se remettre en question à la suite de ces résultats. Y compris les centristes. La montée des extrêmes n’est pas un phénomène anodin. Hélas, ce n’est pas le chemin de la remise en question que nous suivons depuis dimanche soir. PS et UMP ne pensent qu’à continuer de se chamailler et ainsi renforcent les causes du vote FN. L’UMP ne peut pas dire que tout est la faute de la gauche qui s’oppose systématiquement alors que leur fond de commerce permanent est l’immigration. Le PS ne peut rejeter la faute que sur le gouvernement car rappelons qu’ils co-dirigent la France en étant à la tête de la plupart des grandes collectivités locales. Les collectivités sont à ce jour le premier investisseur public… que font-ils eux aussi ?

Je comprends les électeurs qui veulent contester le système. Expliquons leur pour quoi le FN ne répondra pas à leurs attentes et qui sont les vraies alternatives plutôt que de les prendre pour des moutons.

Bruges, cantonales, Université de rentrée…

Pierre BRAUN, délégué départemental du MoDem Gironde, vous informe des décisions prises par le mouvement lors de son Conseil départemental du mardi 21 septembre 2010.

Bruges

Le Mouvement Démocrate a officiellement investi Pierre-Olivier PAQUET, tête de liste pour les élections municipales partielles de Bruges.
« Cette décision a été motivée par la forte implantation locale du candidat, qui a réalisé près de 12% des voix en 2008, son action d’opposition constructive et la vraie alternative qu’il représente pour les habitants de la commune. Elu indépendant, Pierre-Olivier PAQUET est extérieur aux soupçons et aux conflits qui agitent l’ex-majorité municipale. Sa démarche de renouveau démocratique pour Bruges ne pouvait être que soutenue par le MoDem. »

Cantonales 2011

Le Conseil départemental a affirmé l’importance pour le mouvement d’être présent aux élections cantonales et investira ses candidats en novembre.
« Notre objectif est de porter la voix démocrate, centriste et humaniste aux élections cantonales, comme nous avons pu le faire aux élections régionales autour de Jean LASSALLE. Les électeurs girondins attendent qu’on leur propose un nouveau souffle, une alternative au verrouillage par Philippe MADRELLE et sa majorité départementale. C’est dans cet esprit d’ouverture et de renouvellement que nous abordons ces élections cantonales. »

Université de rentrée 2010

La rentrée politique nationale du MoDem se déroulera lors de son Université de rentrée, qui a lieu cette année du vendredi 24 au dimanche 26 septembre sur la Presqu’île de Giens (83).
« Ce sera l’occasion pour François BAYROU de réaffirmer sa ligne politique d’indépendance par rapport au pouvoir et son état d’esprit constructif face à un Parti socialiste à côté des réalités. La direction du mouvement en profitera aussi pour compléter son « shadow cabinet ». »

Un mois aprés les élections : le bilan

Le bureau départemental des Jeunes Démocrates s’est retrouvé pour sa première réunion depuis les élections municipales. Cette réunion a été l’occasion de tirer le bilan de notre mouvement lors de ce scrutin pour déterminer les perspectives des prochaines semaines. Ces élections municipales et cantonales ont permis de voir éclore une nouvelle génération politique appelée des vœux de François Bayrou. Nous remercions nos chefs de files et têtes de listes qui ont fait le pari risqué de la jeunesse dynamique et impliquée, parmi lesquelles Jacques Mangon ou encore Alain Cazabonne. Pendant six ans, de nombreux élus municipaux vont pouvoir porter notre voix libre dans les conseils et parmi eux de nombreux Jeunes Démocrates comme Pierre Braun à Saint Médard en Jalles, Mathieu Ara à Pessac, Aurélien Sebton à Talence, Stéphane Pinston à Saint André de Cubzac et Fabien Robert à Bordeaux. Nous sommes encore en phase de recensement de nos nouveaux élus dans le département.

Piliers de l’organisation de certaines campagnes ou eux-mêmes candidats, les Jeunes Démocrates ont pris pleinement part à l’animation de ces élections municipales mais aussi cantonales. Nous nous félicitons du courage et de la qualité des campagnes de Fabien Robert dans le 5ème canton de Bordeaux ou encore Adrien Debever sur le canton de Lormont.

Nous pensons que le partenariat avec Alain Juppé, proposé par François Bayrou, a eu des effets positifs et s’est déroulé dans le respect de l’identité de chacun. Néanmoins nous pensons que les résultats de ce partenariat doivent nous permettre d’amplifier notre voix démocrate, libre et indépendante, dans le département. Ainsi, nous soutenons de manière engagée la création d’un Groupe autonome Démocrate à la CUB.

En conclusion, le renouvellement des générations d’élus est amorcé, il s’agit dès maintenant de continuer cet effort afin que notre mouvement propose à nos concitoyens une autre manière de faire de la politique. Nous serons d’ailleurs très attentifs à ce nécessaire renouvellement de génération au sein de nos instances départementales et nationales dans les mois à venir.

Un grand merci à tous les jeunes démocrates qui se sont battus pour notre mouvement dans toute la Gironde. Soyons fiers de ce que nous avons déjà réalisé et confiants dans l’avenir du MoDem.

Pierre BRAUN, Président et le Bureau
départemental des Jeunes Démocrates

L’aventure n’est pas terminée, elle commence !

Médias et partisans de tous bords voient les municipales comme la fin du projet MoDem. Or, quelles sont les raisons objectives de cette conclusion ? Certes, François Bayrou a perdu à Pau, mais de combien de voix ? Comment peut-on conclure à l’échec d’une nouvelle façon de voir la politique sur la base d’une défaite de 300 voix et dans le cadre d’une triangulaire ?

Je citerai simplement un ou deux motifs de joie de ces élections municipales et cantonales pour moi. Il y en a d’autres, j’aurai l’occasion de vous en reparler. Les exemples de réussite :

Geneviève Darrieussecq, une élue régionale remarquable qui est devenue maire de Mont-de-Marsan. Engagée en politique depuis 2004, elle est un symbole à elle toute seule. Sérieuse et honnête, les montois ne s’y sont pas trompés en lui confiant les clés de la mairie.

Fabien Robert est sans doute l’un des plus jeunes adjoints d’une ville de plus de 100 000 habitants. Ce jeune démocrate girondin est devenu cette semaine adjoint au Maire de Bordeaux à 22 ans. Je suis fier que notre mouvement ait assumé le choix de la jeunesse et lui ait fait confiance. Bravo aussi à lui pour sa campagne cantonale qu’il a brillamment mené même si la victoire n’est pas au bout. Elle est sans doute le fait de « signes désastreux », qui ne sont pas de son fait, envoyés à une partie de l’électorat !

Jean-Yves de Chaisemartin devient Maire de Paimpol. C’est toujours un plaisir que de voir des gens que l’on apprécie accéder à ce type de responsabilités. Je le félicite sincèrement et repense à la super campagne présidentielle qu’ont fait les Jeunes UDF alors qu’il en était Président.

Frédéric Tsitsonis est devenu cette semaine adjoint au Maire de Montpellier. Au delà de l’ami avec qui il est toujours possible de passer une bonne soirée (je sais de quoi je parle), c’est un jeune élu qui a démontré que l’on pouvait mettre ses convictions au service des citoyens, bien au delà des clivages partisans. Voilà une démonstration supplémentaire que la stratégie du MoDem payera à long terme.

La nouvelle génération c’est eux ! Pas forcément jeune par l’âge mais nouveau par les méthodes et dans la façon de concevoir l’engagement politique. Proximité et sincérité au coeur de l’engagement. Voilà la nouvelle vague du MoDem et elle n’est pas prête de s’arrêter…