Archives par mot-clé : Budget

Sud-Ouest : Avant-goût de campagne

Publié dans le Journal Sud-Ouest le Mardi 20 décembre 2011Par Hervé Pons

Avant-goût de campagne

Le maire entouré de ses adjoints. PHOTO H. P. (gironde@sudouest.com)

Retour de l’investissement, fiscalité stable et bons résultats financiers n’ont pas empêché le ton de monter en zone rouge. Les petites phrases ont fusé.

Le projet de budget primitif pour 2012, présenté en détail par l’adjoint aux finances Bernard Cases, et résumé par le maire Serge Lamaison, se caractérise par un fort budget d’investissement de 10 millions d’euros, un maintien des dotations pour les associations et pour l’action sociale (CCAS), un désendettement de la commune (de 31 à 23 millions en trois ans), un recours à l’emprunt limité (2,2 millions) et la stabilité de la fiscalité. Nonobstant, lors du prochain exercice, la commune va perdre 30 000 euros de dotations de l’État et va devoir abonder un fonds de péréquation entre les villes pour un montant de 50 000 euros.

Voilà les grands traits d’un budget que le maire a qualifié de « volontariste et innovant dans un contexte incertain ».

Investissement doublé

L’investissement, doublé par rapport à 2011, consistera en l’espace famille-ludo-médiathèque Cap Ouest (3,16 M€), la création de toitures photovoltaïques sur Cap Ouest et sur la halle de roller agrandie et rénovée (1,5 M€), l’agrandissement de la maternelle de Cérillan (180 000 euros), les travaux d’amélioration énergétique (350 000 euros), ceux des bords de jalle (175 000 euros), de la Maison des associations (80 000 euros), la poursuite de l’opération La Nature au coin de ma rue (175 000 euros) et l’aménagement du cimetière de Piques (65 000 euros).

Vint le moment du débat. Et là, l’opposant Communauté d’Avenir Jacques Mangon, après avoir évoqué « une méthode à la-va-comme-je-te pousse », et fait état de tergiversations et d’incohérences dans les choix de la majorité, se livre à une critique des trois années et demi de mandat, reprenant les thèmes qui constituent son combat (l’urbanisation qu’il juge se réaliser au détriment des espaces naturels, le centre communautaire des déchets verts, l’aménagement du Bourdieu, l’absence de tramway). L’opposant en vient à l’ordre du jour pour dénoncer un favoritisme dont bénéficierait le club de roller et pour qualifier Cap Ouest de « salle polyvalente pour dire oui à tout le monde », « même si on y trouve de bonnes choses », consent-il. Le ton monte alors rapidement entre le maire et son opposant, de nombreux élus prenant part au débat, soit pour démentir les propos de M. Mangon, soit pour remarquer combien sa critique s’était éloignée du débat budgétaire censé concentrer les commentaires.

« Vous n’aurez pas ma place »

Le maire hausse le ton, son challenger fait de même. Le premier : « Vous continuez à agiter les peurs ; quelle ville recherchez-vous ? Vous fuyez — ce fut le cas lors de la réunion publique du PLU – plutôt que de discuter ; j’attends avec impatience ce que vous allez proposer dans la campagne électorale ; il va falloir que vous sortiez de votre torpeur, votre insuffisance est notoire ». Brouhaha et dénégations dans l’autre camp.

Et le maire de glisser une petite phrase très entendue : « Je vais certainement céder ma place mais pas à vous, M. Mangon ».

Pour le reste, Pierre Braun (opposition) a réitéré ses réticences à la solution hertzienne pour les foyers dépourvus de bonnes connexions Internet (voir nos précédentes éditions), Danièle Layrisse a regretté que le CCAS ne soit pas davantage abondé. Chacune des interventions de l’opposition s’est heurtée au front d’une majorité déterminée à faire barrage, à montrer le visage de l’union, et qui, manifestement, n’avait pas souhaité s’engager si tôt dans la campagne municipale de 2014.