Sud-Ouest – Saint Médard en Jalles : La solution hertzienne

Dans Sud-Ouest, le 21 novembre 2011, Par Hervé Pons

Saint-Médard-en-Jalles

La solution hertzienne

En attendant la fibre optique dans huit ans, la Ville envisage une couverture par radio.

 3 200 foyers ont de grandes difficultés à obtenir une connexion de qualité.  archives SUD Ouest

3 200 foyers ont de grandes difficultés à obtenir une connexion de qualité. archives SUD Ouest

Aujourd’hui, 3 200 foyers saint-médardais ne disposent pas d’une connexion Internet satisfaisante. Les quartiers déficitaires sont Issac, Magudas, et en grande partie Corbiac. Ce qui est préjudiciable aux familles autant qu’aux entreprises.

Le vote du Conseil municipal de mercredi (voir nos précédentes éditions) devrait conduire à une solution que l’élu aux nouvelles technologies, Jacques Guichoux, présente comme « innovante et exemplaire ». Le projet est également porté par l’adjoint aux finances Bernard Cases.

Exemplaire dans les deux sens du terme, précise M. Guichoux : « Elle ne doit pas être critiquable, et doit ouvrir la voie à d’autres communes. Le président de la CUB Vincent Feltesse s’est montré très intéressé par la solution que nous envisageons de mettre en place ».

Le temps de la concertation

Pour l’heure, la décision du Conseil municipal « clôture le dialogue compétitif ». En clair, elle arrête un choix de solution et d’entreprise, ouvert en avril 2011.

Il s’agira d’assurer, à partir de trois pylônes GSM (téléphone portable) existants, et du château d’eau de Saint-Aubin déjà équipé, une couverture par radio (hertzienne) de la zone de carence. Cette solution a été rendue possible par la libération par les militaires d’une bande de fréquence qui portera l’ADSL. Le résultat serait de 6 mégabits, promet l’entreprise pressentie, Altitude Infrastructure. Son expérience sur d’autres villes apporte une crédibilité à ce bon résultat annoncé.

Chez l’abonné, l’actuelle box sera remplacée par une wi-box et une antenne, avec des prix d’abonnement qui iront de 30 à 50 euros, selon le bouquet de services choisis (téléphone, débit 6 MB, télé). La contribution de la commune sera d’environ 200 000 euros.

Reste que la ville souhaite qu’il n’y ait pas de zone d’ombre… dans les esprits. « Nous allons ouvrir une concertation assortie d’une information faite aux habitants, en invitant des spécialistes à venir s’exprimer », poursuit Jacques Guichoux qui, tout en étant persuadé que cette solution est la bonne, n’ignore pas que la route peut comporter des embûches, humains sinon techniques, désormais. « L’entreprise nous dit qu’elle atteindrait l’équilibre avec 300 abonnés, sur un potentiel de plus de 3 000 ».

Reste aussi une autre solution : ne rien faire… en attendant l’arrivée de la fibre optique à l’horizon 2020. Pour Jacques Guichoux et Bernard Cases, on ne peut plus attendre.

Les réserves de l’opposition

L’opposition, par la voix de Pierre Braun, s’est toutefois montrée moins enthousiaste que les porteurs du projet lors du Conseil municipal. Ses interrogations et réaction sont les suivantes : « Voici un dossier que nous appelons de nos vœux depuis longtemps. De perte de temps en perte de temps, elle arrive bien tard. Le fiasco de votre wimax a fait perdre un temps précieux. Les solutions que vous proposez sont-elles enfin sérieuses ? Sans doute pas complètement à notre avis. Il nous paraît difficilement réalisable d’assurer un débit de 6 mégas par voie aérienne, quand on connaît le taux de déperdition de ce mode de communication, et donc impossible de proposer une offre triple play fonctionnelle ».

« Enfin, avez-vous pris les garanties pour vous assurer que ces zones seront bien équipées de la fibre optique en même temps que le reste de la commune ? Ces zones ne seront-elles pas mises à l’index, considérant que le haut débit y est déjà ? »

Jacques Guichoux répond que la solution hertzienne n’était pas envisageable tant que la fréquence n’était pas disponible.

Voilà qui annonce de nouveaux débats. Mais si tout se passe comme prévu, l’ADSL devrait fonctionner au bout d’Issac à l’été 2012.

2 réflexions au sujet de « Sud-Ouest – Saint Médard en Jalles : La solution hertzienne »

  1. Bonsoir Monsieur
    Je viens de prendre connaissance de la consultation et regrette de n’avoir pu y participer étant moi même habitant de corbiac (proche de la pharmacie – haut de corbiac) et « bénéficiant d’un accès internet » de 1 méga max (que je ne qualifierai pas de haut débit…vous comprendrez) je ne comprend pas la volonté de la municipalité d’aller vite sur une solution non pérénne, couteuse (200 000 € !) et qui n’apporte aucune garantie de débit, ni de services complémentaires (TV). Pourquoi ne pas envisager d’investir dans les NRA ZO et préparer le terrain pour la fibre ? AUjourd’hui l’usage du haut débit est une necessité dans mon travail, dans les études de mes enfants et aussi un confort qui devient incontournable (TV, téléphonie, etc..). La couverture haut débit fait partie des 3 premiers critéres d’achat immobilier ! Quand je vois nos communes limitrophes et plus particuliérement Merignac qui va etre une des premieres communes a bénéficier de la fibre chez l’habitant…croyez bien en ma frustration…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *