Sud-Ouest : Les blogs font pschitt

POLITIQUE. Les élus girondins ont réagi comme les autres à la mode Internet, mais leur activité s’est raréfié, surtout à droite. A gauche, la production est variable, en fonction de la disponibilité des uns et des autres

Les blogs font pschitt

C’était la grande mode. Chaque homme ou femme politique, en Gironde comme ailleurs, découvraient les séductions du blog, ce journal « en ligne » permettant un contact direct avec le lecteur, ou plutôt l’électeur. Mais toute mode a son revers. Deux ou trois ans plus tard, nombre de blogueurs se sont aperçus que trouver de bons sujets, construire des argumentations élaborées et entretenir une correspondance suivie nécessitaient beaucoup de temps. L’inspiration et l’envie se sont souvent taries.

Alain Juppé, de son exil canadien, avait beaucoup produit pour maintenir le contact avec les Bordelais. Depuis son retour, ses interventions sont plutôt rares. Le début de l’année l’a vu toutefois plus prolixe avec cinq articles consécutifs, il est vrai motivés par l’actualité (Gaza, gaz russe). Comme si ce blog était surtout un moyen d’exprimer ses conceptions des relations internationales.

À droite, Chantal Bourragué entretient également un journal en ligne. Avec huit interventions en 2008, elle n’a guère transpiré sur le clavier. Le site qui héberge ce blog est pourtant attrayant. Comme une robe qu’on ne voudrait pas porter trop souvent, de peur de l’abîmer.

Hugues Martin a réactivé son blog au mois de mars 2008. Mais les circonstances ne l’ont que modérément incité à s’exprimer. La dernière image (il donne en souriant l’accolade à son épouse pour ses voeux parlés) annonce des lendemains meilleurs. Un peu ostentatoire. Quant à Marie-Hélène des Esgaulx, après avoir fermé son blog pour cause de sénatoriales, elle ne l’a pas rouvert une fois élue. La bouderie continue.

À l’UMP, le plus disert reste donc Yves d’Amécourt, qui semble animé de la foi du converti. Entre les philippiques adressées à son adversaire favori Philippe Madrelle, et les considérations savantes sur le vin (son métier), le maire de Sauveterre-de-Guyenne loge parfois des photos de sangliers frigorifiés dans la campagne sarthoise (sa terre d’origine). Curieux mais distrayant.

Si on a vite fait le tour des blogs d’élus de droite, à gauche, c’est plutôt le trop plein. Difficile de présenter une liste exhaustive des conseillers municipaux, généraux ou régionaux et des députés qui se sont lancés dans cette expression, avec l’envie manifeste d’occuper le terrain.

Michèle Delaunay, députée de la deuxième circonscription, et Jean-Marie Darmian, conseiller général de Créon, sont au-dessus du lot, à la fois en quantité et en qualité. La première est une authentique littéraire, qui éprouve un plaisir charnel à l’écriture. Quant au second, son passé de journaliste le prédestinait à ce moyen d’expression (il vient d’ailleurs de le rénover pour le conformer au web 2.0). Leurs interventions sont de véritables chroniques, inspirées et polémiques. Mais pourquoi diable les correspondants de Michèle Delaunay ont-ils une telle prédilection pour l’anathème ? Reste qu’elle suscite davantage de débat du fait d’un lectorat plus vaste.

Dans la catégorie militants, on trouve les blogs de la conseillère bordelaise Emmanuelle Ajon et de son voisin Matthieu Rouveyre. Bien que spécialiste des nouvelles technologies, celui-ci s’y montre étonnamment rare. Moins toutefois qu’Alain Rousset, qui n’a jamais réactivé son blog depuis les municipales. La conseillère régionale Naïma Charaï semble faire acte de présence, guère plus. Le sénateur Alain Anziani et la députée Martine Faure (celle-ci plus généreusement) trouvent sur Internet un prolongement aux débats dans leur assemblée respective. Mais les commentaires sont l’exception. Ludovic Freygefond, secrétaire fédéral, et Gilles Savary, député européen, ne rédigent que de manière épisodique car ils ont à l’évidence trop peu de temps disponible à l’écriture. Ce qui pose la question de l’utilité de leur blog.

Quant aux centristes du Modem, Joan Taris, Bruno Asseray et les jeunes Pierre Braun et Fabien Robert ont aussi leur expression en ligne. Les élections internes avaient provoqué en septembre des échanges aigres doux particulièrement savoureux à lire. Mais les esprits se sont calmés (pour l’instant) et les blogs aussi. Ceux-ci, d’une manière générale, semblent globalement victimes d’une année politique creuse en scrutins émotionnels.

Les blogs des fédérations politiques offrent quelques enseignements intéressants. Encore faut-il que leurs leaders renvoient à ce site. Par exemple, ni Alain Juppé, ni Hugues Martin, ni Yves d’Amécourt n’ont de lien vers l’UMP Gironde. Idem au PS pour Michèle Delaunay alors que son blog semble le plus lu des socialistes.

Curieusement, le site du PS 33 a occulté le résultat de la douloureuse élection présidentielle de 2002 dans son historique, pourtant très utile, des élections. Un acte manqué ? Le site de l’UMP 33 aurait besoin d’une bonne mise à jour car Marie-Hélène des Esgaulx y est toujours enregistrée comme présidente.

Dans les autres partis, le site du MoDem girondin est le plus attrayant et renvoie notamment aux blogs personnels de Joan Taris, Bruno Asseray et Fabien Robert. Parfois, ces blogs valent le déplacement car on ne s’y épargne guère…

Formellement, le blog du PC girondin est loin d’être ridicule, mais le fond reste convenu. On lui préfère, au niveau national cette fois, le décapant sortirdelacrise.tv où de jeunes militants communistes se défoulent joyeusement contre la droite baptisée PUM.

Quant au site des Verts, il est surtout d’utilité pratique (réunions, adhésions, conférences) et sa présentation est quasi frugale.

Auteur : HERVÉ MATHURIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *