Sud-Ouest : Tensions autour de manques financiers

Article paru dans Sud-Ouest le 28 juin 2014 par Hervé Pons

logo sud ouestLa précédente majorité a laissé un excédent de 1,4 million mais il faut piocher dedans pour assurer l’équilibre.

 

1599150_5892000_800x400

Le Conseil municipal de jeudi soir a donné lieu à une montée en pression entre la majorité et l’opposition, certes moins forte que lors de la séance précédente (celle du 22 mai), qui s’était déroulée en présence de l’ancien maire, Serge Lamaison, dans le rôle de leader de l’opposition. Leader en théorie : son absence jeudi soir (Serge Lamaison n’a été présent qu’une fois depuis le début du mandat) a conduit à un partage de la parole entre ses colistiers Bernard Cases, Bruno Cristofoli, Christine Moebs, Jacques Guichoux et Marc Morisset.

Dans la majorité, ce sont le maire Jacques Mangon et l’adjoint aux finances Antoine Augé qui se sont exprimés pour l’essentiel, Corinne Le Moller traitant de la question des rythmes scolaires et Pierre Braun de celle de sa délégation sports et associations.

S’il fut beaucoup question de budget, Antoine Augé eut l’heureuse initiative de ne pas assommer l’auditoire par une avalanche de chiffres, préférant traduire la situation économique en propos compréhensibles par tous.

« Insincérité budgétaire »

Le seul chiffre donné a été celui de 1,4 million d’euros d’excédent laissé par la précédente équipe. Ce qui est plutôt bien. Sauf qu’Antoine Augé « a découvert » qu’il manquait 650 000 euros pour financer les travaux de l’ensemble sportif Cosec, 230 000 euros pour boucler le budget des repas préparés par la cuisine centrale. « Nous ne disposons donc plus que du tiers de l’excédent puisqu’il nous faut combler des trous. » Le premier adjoint aux finances n’y est pas alors allé par quatre chemins : « Le budget primitif de l’ancienne municipalité est d’une insuffisance notoire, voire frappé d’une insincérité budgétaire. Du coup, nos projets vont devoir être revus à la baisse : on ne s’attendait pas à trouver cela. »

Antoine Augé a énuméré ce qu’il sera toutefois possible de réaliser dans l’immédiat ou dans un proche avenir : deux mairies annexes à Issac et Magudas, avec des services de proximité, une charte architecturale qui assure « harmonie et cohérence » dans les constructions, une étude pour la modernisation de l’accueil à l’hôtel de ville et la mise en ligne des débats municipaux, « symbole de notre politique de transparence ».

« C’est un peu maigre », a conclu l’adjoint aux finances, qui a ajouté qu’aux difficultés du budget saint-médardais s’ajoute la baisse, « d’une ampleur inédite », des dotations de l’État.

« La dette a baissé »

Réaction de Bernard Cases, l’élu aux finances dans la précédente majorité : « Je constate que la campagne électorale n’est pas encore terminée. On vous laisse 1,4 million, et vous ne voyez que les éléments financiers défavorables. Ce qui ne vous a pas empêché d’octroyer 60 000 euros au cabinet du maire et à la communication. Pour financer ce budget supplémentaire, vous n’avez pas trouvé d’autre solution que de puiser dans les recettes exceptionnelles : vous consommez déjà vos poires pour la soif ! Avec la hausse des coûts du personnel, vous découvrez une réalité que vous niiez quand vous étiez dans l’opposition : proposer des nouveaux services, c’est augmenter les coûts. »

Et Bernard Cases de poursuivre : « Il m’est difficile de vous entendre parler d’insincérité quand on voit que la dette a baissé de 30 % et qu’on vous a laissé une ville très bien gérée. » Un débat nourri par plusieurs intervenants des deux camps s’est instauré. Avec une nouveauté une fois la séance levée, un « verre républicain » qui a rassemblé élus et public.

Les autres dossiers dans une prochaine édition.

Sud-Ouest : Les forces vives à l’honneur

Article paru dans Sud-Ouest le 14 juin 2014 par Michèle Pellegrino

logo sud ouestLa Ville a mis les associations saint-médardaises à l’honneur. Accueillie par les représentants de la vie associative le jeudi 5 juin, la foule s’est pressée si nombreuse que le Club house s’est avéré trop petit !

Emmenée par Pierre Braun (adjoint aux sports et à la vie associative) la nouvelle équipe, après s’être présentée, a fait de nombreuses propositions pour permettre à chaque association de pérenniser ses activités. Un dialogue détendu et convivial s’est rapidement installé autour de questions/réponses. Parmi les nombreuses propositions, retenons la mise en relation avec de possibles mécènes, l’idée de tables rondes sur divers sujets, le lancement d’un forum des associations le 6 septembre au carré des Jalles.

Cette première rencontre signe le début, selon les élus, d’une « nouvelle collaboration se voulant transparente et basée sur l’échange ».

Bilan des élections municipales sur la 6e circonscription de la Gironde

Dans le pays tout entier, les centristes ont investi les conseils municipaux. Que l’on ait gagné ou perdu l’élection, nous enregistrons partout une forte progression de nos résultats. Là où nous étions en alliance, nous avons été les moteurs des campagnes. Notre 6e circonscription de la Gironde n’échappe pas à la règle.

Dans toutes les communes, nous avons fait d’excellents scores et fait élire de nombreux élus MoDem :

- Jacques Soulétis à Martignas

- Christophe Vasquez à Mérignac

- Philippe Bouchard à Saint-Aubin

- Fabrice Guillemet à Saint-Jean d’Illac

- Cécile Barrière, Françoise Hanusse, Frédérique Laplace, Danièle Layrisse, Thierry Leblond et moi-même à Saint-Médard

- Pauline Rivière et Danièle Lacrampette au Taillan

A noter aussi la forte présence de nos nombreux amis centristes. Notamment Ariane Rivière, Geoffrey Claudin et Christian Pages à Saint-Médard, Rémi Cocuelle à Mérignac… et Agnès Laurence-Versepuy élue Maire du Taillan-Médoc, Jacques Mangon élu Maire de Saint-Médard.

C’est vraiment une nouvelle page de notre circonscription que nous devons écrire tous ensemble.

La campagne municipale à peine terminée, c’est au tour des élections européennes d’arriver. Vous pouvez consulter le site internet de campagne de la liste Les Européens MoDem*UDI menée par Robert Rochefort : www.leseuropeens.eu

J’aurai l’occasion de revenir vers vous prochainement pour évoquer les événements de campagne.

Sud-Ouest – Saint-Médard-en-Jalles : Jacques Mangon officiellement élu nouveau maire

Article publié dans Sud-Ouest par Andde Irosbehere le 5 avril 2014

logo sud ouestLe tombeur du socialiste Serge Lamaison est entré dans ses fonctions ce matin, au cours l’installation du conseil municipal. Il sera entouré de 10 adjoints.

 

une-seule-absence

La salle du Carré des Jalles était comble ce matin à 11h, à l’occasion de la première séance du nouveau conseil municipal de Saint-Médard-en-Jalles. Entre 500 et 600 personnes sont venues assister à l’élection du nouveau maire, largement applaudi lors du vote.

Par 28 voix sur 34, Jacques Mangon a été officiellement élu premier magistrat de la ville.

Egalement à l’ordre du jour, la désignation des 10 adjoints qui feront partie de l’équipe du nouveau maire:

  • Antoine Augé (finance, personnel et déplacements)
  • Daniel Layrisse (solidarités, action sociale, seniors, petite enfance)
  • Pierre Braun (sports, vie associative, jeunesse, ville communicante)
  • Vanessa Dumas (culture, animation)
  • Jean-Claude Acquaviva (vie des quartiers, concertation, équipements de proximité, patrimoine communal)
  • Corine Cloud (école, vie scolaire et périscolaire)
  • Pascal Dubos (développement économique, entreprises, commerces, artisanat, emploi)
  • Catherine Thibadeau (urbanisme et logement)
  • Thierry Leblond (développement durable, patrimoine naturel, transition énergétique, innovation environnemental)
  • Françoise Hanusse (accessibilité, prévention santé)

Article du Figaro à propos de la venue de François Fillon à Saint-Médard-en-Jalles

logo-figaroFillon et Juppé font cause commune

Les deux ex-premiers ministres ont tenu ensemble, jeudi soir, un meeting en Gironde pour les municipales.

Affiche

François Fillon et Alain Juppé l’ont bien compris. La victoire aux élections municipales passera dans beaucoup de villes par le rassemblement. Toute la soirée, les deux anciens premiers ministres n’ont donc pas manqué de s’adresser aux électeurs «de la droite et du centre» dans leur discours. Ils étaient venus soutenir Jacques Mangon, candidat centriste, proche de la droite bordelaise d’Alain Juppé, dans sa campagne pour Saint-Médard-en-Jalles, commune de 26.000 habitants proche de Bordeaux. Et si François Fillon a fait le déplacement, c’est que l’enjeu est de taille pour Alain Juppé. Si cette ville venait à basculer à droite en mars prochain, elle pourrait permettre au maire de Bordeaux de remporter la présidence de la CUB (communauté urbaine de Bordeaux). L’occasion était belle pour les deux hommes de revendiquer leur nouvelle unité face à une salle bondée de sympathisants ravis de la belle affiche. Quand l’un saluait «la réussite exceptionnelle de Bordeaux, portée et incarnée par Alain Juppé», l’autre vantait «l’intelligence, la mesure et le sang-froid de François Fillon dans la tempête de force 10» qu’a été la crise. Passé le concours de louanges, les deux hommes se sont accordés sur un constat amer des échecs de François Hollande et de ses ministres. «La France ne cesse de s’enfoncer dans une spirale de déclin, parce que la politique économique et sociale qu’on lui inflige est mauvaise», a scandé Alain Juppé. Et François Fillon d’ajouter dans son discours qui a suivi: «Nous n’avons pas d’autre choix que d’utiliser ces élections pour contraindre le gouvernement à regarder la vérité en face.»

Et face à cette échéance nationale, les deux possibles adversaires à la primaire de l’UMP en 2016 pour la présidentielle devront s’entendre. Finies les «incompréhensions» du mois de septembre sur la position de François Fillon en cas de duel PS-FN (il avait alors conseillé de voter «pour le moins sectaire»), les deux hommes veulent avancer «coude-à-coude», comme l’a souligné le député de Paris. Former une véritable opposition, être porteurs d’un projet commun d’alternance et montrer que la grande famille de la droite est debout. Voilà les objectifs affichés jeudi soir.

«Un pack» de la droite

Et à l’heure de conclure, dans un élan de volonté de rassemblement, Alain Juppé a lancé ce qu’il a appelé «l’appel de Saint-Médard»: «À François, Jean-François, Jean-Pierre, Bernard, Nathalie, Valérie, Xavier, Laurent, Benoist, Christian et tous les autres… Et si on se rassemblait, si on faisait un pack ensemble plutôt que de développer des stratégies individuelles? Ça n’augmenterait pas nos chances de gagner?» Point de Nicolas. Dans leurs discours respectifs, les deux hommes se sont bien gardés d’évoquer l’ancien président de la République, dont ils ne connaissent pas encore les intentions pour 2016.

À la fin du meeting, raccompagné par une cohue de journalistes des grands soirs, à la question: «Alain Juppé ferait-il un bon président?», François Fillon répond: «Il ferait un très bon maire de Bordeaux.» Chaque chose en son temps, les municipales d’abord. À l’intérieur de la salle, les derniers militants retirent les affiches du meeting où figurent François Fillon et Alain Juppé souriants côte à côte. Deux ténors de la droite unis pour Saint-Médard-en-Jalles. Un bon souvenir à garder.