Archives du mot-clé MoDem

Sud-Ouest : Le centre aime les jalles

logo sud ouestArticle publié dans Sud-Ouest le 30/04/2013 par Hervé Pons

Le centre aime les jalles

C’est une première sur l’agglomération : Jalles au Centre rassemble les centristes du Modem et du Parti radical du canton dans une pépinière d’idées préélectorale.

Jalles au centre

Hier matin, les dirigeants départementaux du Modem et de l’UDI, respectivement Joan Taris et Nathalie Delattre, ont porté sur les fonts baptismaux « Jalles au Centre », première association de cette nature sur la CUB.

Première sur l’agglomération bordelaise mais pas en Gironde, la « structure mère » Gironde au Centre ayant enfanté de Sud-Gironde au Centre, Bassin au Centre, Médoc au Centre, Libourne au Centre et Entre-deux-Mers au Centre.

Nathalie Delattre et Joan Taris étaient accompagnés d’une partie des centristes des quatre communes du canton, des têtes connues et de nouveaux venus. Pour Saint-Médard Pierre Braun, Danièle Layrisse et Geoffrey Claudin ; à Saint-Aubin Philippe Bouchard ; au Taillan Agnès Laurence, Danièle Turpin et Michel Rondi (1). Les uns revendiquent leur appartenance au Modem de Bayrou, les autres à l’UDI de Borloo, d’autres encore sont sans étiquette, « société civile » comme on dit.

« De minces différences »

Ils ont expliqué que « nos différences sont plus minces que ce qui nous rassemble » ; ont insisté sur la réalité (illustrée sur le terrain municipal) de l’Union de la droite et du centre dans Communauté d’avenir que pilote Alain Juppé.

Si les centristes sont décidés à parler d’une seule voix (ce sera plus clair dans un centre pluriel), ils feront aussi valoir leurs spécificités au sein de l’union avec l’UMP.

Dans un premier temps, Jalles au Centre sera un collectif d’échanges et d’idées sur les quatre communes, avec l’objectif de rassembler sans grand souci d’étiquettes, d’ouvrir les rangs à de nouveaux venus et à des jeunes en particulier (c’est déjà le cas) puis de lancer la machine électorale. Ce n’est pas un hasard si Jalles au Centre a vu le jour à Saint-Médard : les centristes y sont bien implantés, et de longue date avec Jaques Mangon qui guerroie depuis deux mandats contre le PS aux manettes.

Sud-Ouest : Les centristes s’unissent

Publié dans le Journal Sud-Ouest le 17/05/2012, Par Caroline Campagne

Les centristes s’unissent

Modem, Parti radical et Nouveau centre ont choisi le rassemblement.

Le nom des candidats sera dévoilé ce vendredi. (photo g. bonnaud)

Plongés dans le malaise, après la décision prise par François Bayrou de voter pour François Hollande au second tour de la présidentielle, les centristes bordelais ont confirmé hier, lors d’une conférence de presse, leur projet d’union, en vue des élections législatives. Modem, Parti radical et Nouveau Centre ne présenteront qu’un seul candidat dans les circonscriptions girondines. « Nous avons décidé de nous unir, même si nous sommes de sensibilités différentes. Nous avons le feu vert de nos instances nationales », a indiqué Nathalie Delattre, présidente départementale du Parti radical. « En concertation avec Joan Taris, président départemental du Modem et Frédéric Lataste, élu du Nouveau Centre, nous avons voulu pour notre département, un pôle modéré d’équilibre du centre pour combattre la montée des extrêmes. Car la seule alternative, c’est la création d’une force centrale. »

Pas de candidat sur la 2e

Pour l’heure, ces différents responsables politiques n’ont pas souhaité dévoiler le nom des candidats qu’ils ont décidé d’investir avant vendredi. À l’exception de la 6e (Mérignac Saint-Médard-en-Jalles), où Rémi Cocuelle (secrétaire départemental du Parti radical) et Pierre Braun (délégué départemental Modem) battront la campagne en tandem, avec un UMP comme adversaire. Pourtant, l’on sait d’ores et déjà que les centristes ne présenteront pas de candidat dans chaque circonscription… Notamment sur la deuxième, celle où Alain Juppé devait porter les couleurs de l’UMP avant de renoncer pour laisser sa place à Nicolas Florian (secrétaire départemental de l’UMP). « En raison de la personnalité d’Alain Juppé », a observé le président du Modem, en se fendant d’un sourire. À suivre.

Candidature au Conseil national : liste « Génération Bayrou »

Chère amie, cher ami,

Les derniers mois ont été difficiles pour notre mouvement. Comme nous, vous croyez dans notre combat et savez que les défaites électorales ne signifient pas que nous avons tort. Nous voulons imposer un nouveau style, un nouveau souffle, et nous savons que cela prend du temps et demande des sacrifices.

Nous sommes en 2011 et une nouvelle page est sur le point de s’écrire. Nous sommes convaincus que l’alternative proposée par François Bayrou est la bonne et nous voulons lui donner les moyens d’exploiter les forces vives qui le soutiennent.

Plus qu’un parti politique, nous sommes dés aujourd’hui une équipe de campagne au service d’un projet porté par notre leader. Transparence et démocratie participative en interne, et action et communication en externe sont nos maîtres mots.

Nous avons voulu une liste représentative. Représentative des territoires puisque les cinq premières places sont occupés par les cinq départements d’Aquitaine. Représentative des parcours de chacun : militants, jeunes démocrates, élus…

Nous comptons sur vous pour nous aider à porter une voix différente, une voix libre de penser et d’agir. Vous pouvez compter sur nous pour être le porte voix d’une génération qui y croit !

Toute l’équipe « Génération Bayrou »

Téléchargez notre profession de foi en cliquant ici.

1. Pierre Braun (33)
Délégué départemental du MoDem Gironde, Conseiller municipal de Saint-Médard-en-Jalles

2. Florence Lasserre (64)
Vice-présidente du MoDem Pyrénées-Atlantiques, Conseillère municipale d’Anglet

3. Benoist Guillet (24)
Conseiller municipal de Trélissac, Membre du Bureau du MoDem Dordogne

4. Chantal Davidson (40)
Adjointe au Maire de Mont-de-Marsan

5. Joel Collet (47)
Délégué départemental du MoDem Lot-et-Garonne

6. Magali Fronzes (33)
Secrétaire fédérale des Jeunes Démocrates Gironde

7. Régis Laurand (64)
Animateur du MoDem Pau-Pyrénées

8. Anne-Marie Le Long (64)
Membre du bureau du Modem Pyrénées-Atlantiques

9. Adrien Debever (33)
Président des Jeunes Démocrates Gironde, 1er Vice-président national des Jeunes Démocrates

Suppléante : Martine Moga (33)
Conseillère régionale d’Aquitaine

Marouane Chamakh candidat sur la liste Forces Aquitaine de Jean Lassalle

Marouane ChamakhMarouane Chamakh, attaquant vedette des Girondins de Bordeaux, a annoncé ce soir qu’il rejoignait la liste FORCES AQUITAINE de Jean Lassalle.

En phase depuis plusieurs mois avec le MoDem de François Bayrou, notre star locale a décidé de franchir le pas. Jean Lassalle veut faire de Marouane un acteur essentiel de la politique sportive régionale. Jean-Louis Triaud, Président des Girondins, a déjà réagi sur RTL en indiquant qu’il le félicitait et qu’il voterait pour lui.

Ajoutons que la 13ème place de Marouane Chamakh sur la liste est éligible. Puisque la liste gagnante remporte 24 sièges minimum grâce au mode de scrutin.

Plus qu’un coup de com’ people, c’est aussi le moyen pour Jean Lassalle de remettre le sport au cœur de la politique régionale autrement qu’en faisant du saupoudrage de subventions. Le budget de la Région Aquitaine en matière de sport s’élève aujourd’hui à 7 millions d’euros sur 1,2 milliards d’euros de budget. On ne ressent pas une vraie politique sportive d’avenir.

Jean Lassalle s’était déjà exprimé positivement pour la construction du grand stade à Bordeaux en indiquant qu’il souhaitait un partenariat public / privé. Un financement purement privé aurait pour conséquence négative d’implanter de nombreux mètres carrés de grandes surfaces supplémentaires. Or les petits commerçants bordelais et mérignacais sont déjà asphyxiés par les grandes zones commerciales de l’agglomération.

Marouane Chamakh doit être un ambassadeur d’Aquitaine, lui l’enfant du Lot-et-Garonne qui a toujours joué à Bordeaux. Nous comptons sur lui !

Le départ programmé de Corinne Lepage ?

Derrière ce titre un poil provocateur (je le reconnais) se cache une vraie question en ce moment : à quoi joue Corinne Lepage ? De nombreux militants du MoDem se posent aujourd’hui cette question dans les mouvements départementaux ou sur la toile, comme le font Chantal, Mirabelle, JF le démocrate ou encore le Crapaud du Marais.

Mais cette interrogation est récente. Beaucoup sont passés de l’admiration béate au doute depuis que Corinne Lepage a laissé tomber la coordination des commissions thématiques du MoDem et depuis qu’elle incite ses troupes de CAP 21 a passer des accords avec les Verts pour le 1er tour des élections régionales.

Terre démocratePourtant, le « vert » était dans le fruit dés le départ. Ne serait-ce que parce que CAP 21, son parti, existe encore. Pour ma part, ancien adhérent de l’UDF, j’étais à la fois passionné par la création du Mouvement Démocrate et à la fois nostalgique de la seule famille politique que j’avais connu auparavant. Mais je savais qu’il y avait des sacrifices à faire. Corinne Lepage , elle, n’a pas joué le jeu dés le début en voulant conserver sa « boutique ». Alors que le mot UDF devenait tabou, le mot CAP 21 devenait une bannière en interne.

Rapidement, dans tous les départements, les militants mécontents (pour ne pas dire autre chose) sont passés à CAP 21 sous l’impulsion de Corinne Lepage. Y compris des personnes qui étaient historiquement à l’UDF. La structure a été volée, en quelques sortes, aux vrais militants écologistes, sincères, qui s’y trouvaient.

On ne sait pas ce qu’il se passe dans ce parti qui se dit pourtant membre fondateur du MoDem. A tel point que certains tentent l’aventure pour le découvrir, comme Adrien.

Au lieu d’écologiser le MoDem, Corinne Lepage n’a fait qu’essayer de développer CAP21. Sans doute la victoire d’Europe Ecologie aux Européennes lui a donné des regrets d’avoir choisi le MoDem. Aujourd’hui, elle tente de créer un sas de départ vers cette alliance Verte en créant un énième club de réflexion : Terre Démocrate. On sent bien que la terminologie est là pour faire voter l’électorat démocrate pour les listes Europe Ecologie.

Nous devons réagir en continuant de développer nos idées sur le développement durable au sein du Mouvement Démocrate. Nous ne devons le sous-traiter à personne. C’est d’ailleurs en le faisant que tout le monde se rendra compte que l’alliance avec Europe Ecologie serait un reniement idéologique pour les démocrates… mais je réserve ça pour un prochain billet…