Archives pour la catégorie Saint-Médard

Article du Figaro à propos de la venue de François Fillon à Saint-Médard-en-Jalles

logo-figaroFillon et Juppé font cause commune

Les deux ex-premiers ministres ont tenu ensemble, jeudi soir, un meeting en Gironde pour les municipales.

Affiche

François Fillon et Alain Juppé l’ont bien compris. La victoire aux élections municipales passera dans beaucoup de villes par le rassemblement. Toute la soirée, les deux anciens premiers ministres n’ont donc pas manqué de s’adresser aux électeurs «de la droite et du centre» dans leur discours. Ils étaient venus soutenir Jacques Mangon, candidat centriste, proche de la droite bordelaise d’Alain Juppé, dans sa campagne pour Saint-Médard-en-Jalles, commune de 26.000 habitants proche de Bordeaux. Et si François Fillon a fait le déplacement, c’est que l’enjeu est de taille pour Alain Juppé. Si cette ville venait à basculer à droite en mars prochain, elle pourrait permettre au maire de Bordeaux de remporter la présidence de la CUB (communauté urbaine de Bordeaux). L’occasion était belle pour les deux hommes de revendiquer leur nouvelle unité face à une salle bondée de sympathisants ravis de la belle affiche. Quand l’un saluait «la réussite exceptionnelle de Bordeaux, portée et incarnée par Alain Juppé», l’autre vantait «l’intelligence, la mesure et le sang-froid de François Fillon dans la tempête de force 10» qu’a été la crise. Passé le concours de louanges, les deux hommes se sont accordés sur un constat amer des échecs de François Hollande et de ses ministres. «La France ne cesse de s’enfoncer dans une spirale de déclin, parce que la politique économique et sociale qu’on lui inflige est mauvaise», a scandé Alain Juppé. Et François Fillon d’ajouter dans son discours qui a suivi: «Nous n’avons pas d’autre choix que d’utiliser ces élections pour contraindre le gouvernement à regarder la vérité en face.»

Et face à cette échéance nationale, les deux possibles adversaires à la primaire de l’UMP en 2016 pour la présidentielle devront s’entendre. Finies les «incompréhensions» du mois de septembre sur la position de François Fillon en cas de duel PS-FN (il avait alors conseillé de voter «pour le moins sectaire»), les deux hommes veulent avancer «coude-à-coude», comme l’a souligné le député de Paris. Former une véritable opposition, être porteurs d’un projet commun d’alternance et montrer que la grande famille de la droite est debout. Voilà les objectifs affichés jeudi soir.

«Un pack» de la droite

Et à l’heure de conclure, dans un élan de volonté de rassemblement, Alain Juppé a lancé ce qu’il a appelé «l’appel de Saint-Médard»: «À François, Jean-François, Jean-Pierre, Bernard, Nathalie, Valérie, Xavier, Laurent, Benoist, Christian et tous les autres… Et si on se rassemblait, si on faisait un pack ensemble plutôt que de développer des stratégies individuelles? Ça n’augmenterait pas nos chances de gagner?» Point de Nicolas. Dans leurs discours respectifs, les deux hommes se sont bien gardés d’évoquer l’ancien président de la République, dont ils ne connaissent pas encore les intentions pour 2016.

À la fin du meeting, raccompagné par une cohue de journalistes des grands soirs, à la question: «Alain Juppé ferait-il un bon président?», François Fillon répond: «Il ferait un très bon maire de Bordeaux.» Chaque chose en son temps, les municipales d’abord. À l’intérieur de la salle, les derniers militants retirent les affiches du meeting où figurent François Fillon et Alain Juppé souriants côte à côte. Deux ténors de la droite unis pour Saint-Médard-en-Jalles. Un bon souvenir à garder.

Sud-Ouest : Le centre aime les jalles

logo sud ouestArticle publié dans Sud-Ouest le 30/04/2013 par Hervé Pons

Le centre aime les jalles

C’est une première sur l’agglomération : Jalles au Centre rassemble les centristes du Modem et du Parti radical du canton dans une pépinière d’idées préélectorale.

Jalles au centre

Hier matin, les dirigeants départementaux du Modem et de l’UDI, respectivement Joan Taris et Nathalie Delattre, ont porté sur les fonts baptismaux « Jalles au Centre », première association de cette nature sur la CUB.

Première sur l’agglomération bordelaise mais pas en Gironde, la « structure mère » Gironde au Centre ayant enfanté de Sud-Gironde au Centre, Bassin au Centre, Médoc au Centre, Libourne au Centre et Entre-deux-Mers au Centre.

Nathalie Delattre et Joan Taris étaient accompagnés d’une partie des centristes des quatre communes du canton, des têtes connues et de nouveaux venus. Pour Saint-Médard Pierre Braun, Danièle Layrisse et Geoffrey Claudin ; à Saint-Aubin Philippe Bouchard ; au Taillan Agnès Laurence, Danièle Turpin et Michel Rondi (1). Les uns revendiquent leur appartenance au Modem de Bayrou, les autres à l’UDI de Borloo, d’autres encore sont sans étiquette, « société civile » comme on dit.

« De minces différences »

Ils ont expliqué que « nos différences sont plus minces que ce qui nous rassemble » ; ont insisté sur la réalité (illustrée sur le terrain municipal) de l’Union de la droite et du centre dans Communauté d’avenir que pilote Alain Juppé.

Si les centristes sont décidés à parler d’une seule voix (ce sera plus clair dans un centre pluriel), ils feront aussi valoir leurs spécificités au sein de l’union avec l’UMP.

Dans un premier temps, Jalles au Centre sera un collectif d’échanges et d’idées sur les quatre communes, avec l’objectif de rassembler sans grand souci d’étiquettes, d’ouvrir les rangs à de nouveaux venus et à des jeunes en particulier (c’est déjà le cas) puis de lancer la machine électorale. Ce n’est pas un hasard si Jalles au Centre a vu le jour à Saint-Médard : les centristes y sont bien implantés, et de longue date avec Jaques Mangon qui guerroie depuis deux mandats contre le PS aux manettes.

Dernière réunion publique avant le 1er tour : en présence de Jean-Jacques LASSERRE et Jacques MANGON

Le jeudi 7 juin à 19H30 à Saint-Médard

Centre Pierre Mendès-France

Route de Saint-Aubin (parking de la mairie de St-Médard)

En présence de :

Jean-Jacques LASSERRE

Sénateur de l’Union Centriste et Républicaine

Jacques MANGON

Conseiller municipal de Saint-Médard et Conseiller à la CUB

Le Président Feltesse anticipe et fait de la CUB sa mégalo-pole

Lors du dernier Conseil municipal de Saint-Médard, nous avons voté, comme toutes les communes de la Communauté Urbaine, une délibération pour le transfert de la compétence culturelle à la CUB. En fait, ce n’est pas un transfert, tout en en étant un, sans pouvoir dire que c’en est un !

En résumé, les communes gardent leur initiative en matière culturelle et la CUB peut subventionner les événements initiés ici ou là. Alors quelle est la nouveauté ? La Communauté Urbaine n’a pas attendu cette délibération pour lancer un grand équipement culturel ou venir soutenir une manifestation culturelle ?!

Et bien la nouveauté c’est la création d’un événement culturel communautaire à Bordeaux ! La voilà la raison pour laquelle le Président Feltesse tenait à ce pseudo-transfert. Le gouvernement veut créer les métropoles, Vincent Feltesse, lui, souhaite créer sa mégalo-pole !

Un projet de transfert à sa sauce pour un grand événement à sa gloire. C’est le rêve d’un homme qui voudrait être la tête d’une grande collectivité et qui ne gère « qu’un » Établissement Public. C’est évidemment vu de son siège car gérer la CUB est objectivement une mission de très haut niveau… même si ce n’est pas être Maire de Bordeaux.

Pour pouvoir être voté à la (quasi) unanimité, il y a bien eu quelques amendements de couloirs au texte. Mais hélas rien qui ne touche au vrai problème : la hausse des dépenses publiques, notamment en fonctionnement ! De combien de personnes sera composé le nouveau service culturel de la Communauté Urbaine de Bordeaux ? Combien coûtera l’événement mégalo ?

On touche là au vrai problème de la CUB. Un établissement dans lequel il n’y a ni opposition municipale ni opposition communautaire. La démocratie n’existe pas sans l’opposition de plusieurs points de vues. Alors, à part les communistes, où sont les voix dissonantes ? Le mode de scrutin a sa part de responsabilité. Mais ce n’est pas la seule raison à l’opacité totale du processus décisionnel. Quand on sait la part croissante de la CUB dans la construction de notre environnement, ce ne peut-être que regrettable.

La CUB c’est un peu comme l’Europe, on aime son principe mais il y a quelque chose qui cloche dans la manière dont elle est conçue et gouvernée !